Encore une fois, diabolisation et informations mensongères vis-à-vis de l’Erythrée ! Ca ne finira donc jamais ?

16 Décembre 2014

Réaction par rapport à l’article publié hier dans  “www.nzz.ch , “www.rts.ch, etc.

https://www.youtube.com/watch?v=Ub9xIKTblNc

http://www.rts.ch/info/suisse/6383197-comment-l-erythree-fait-pression-et-extorque-ses-ressortissants-en-suisse.html

Eritrea-watch

La communauté Erythréenne est très surprise et choquée par le contenu de l’article, sans preuves et truffé de préjugés, publié par nzz.ch et relayé par la suite par la télévision suisse romande et d’autres médias.

Les Suisses d’origine érythréenne, résidant dans ce pays depuis deux, voire même trois générations, ont toujours contribué  à la reconstruction nationale de leur pays d’origine (dévasté, rappelons-le, par une guerre d’indépendance de 30 ans), en payant 2 % de leur revenu, depuis 1994. Tous les érythréens de la diaspora, où qu’ils se trouvent, payent cette taxe.

Un état souverain a le droit de faire payer une taxe à ses ressortissants, ce d’autant plus si celle-ci a été adoptée avec le plein accord de sa population. C’est un droit international bien établi, exercé d’ailleurs depuis longtemps par le gouvernement américain envers ses ressortissants résidant à l’étranger.

Qualifier aujourd’hui cette taxe de 2% d’«extorsion» ou de «racket» est à la fois déplacé et sans fondement juridique.

Personne n’est ni forcé ou violenté pour la payer. C’est une honte d’insulter un peuple entier de la sorte.

Le gouvernement érythréen n’est ni une dictature, ni un régime sanguinaire. C’est un gouvernement qui préfère  l’autosuffisance et une indépendance politique, sociale et économique à une dépendance vis-à-vis de l’aide internationale. L’Erythrée se développe et fait partie des rares pays d’Afrique sub-saharienne à avoir réussi à atteindre la majorité des objectifs de développement du millénaire des Nations Unies, 6 des 8 objectifs pour être précis, comme de réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre le SIDA, le paludisme et d’autre maladies, assurer à tous l’éducation gratuite primaire, secondaire, universitaire promouvoir l’égalité des sexes, etc.

Le gouvernement investit énormément dans le développement du pays, par exemple  en construisant des infrastructures, des hôpitaux, des barrages et des écoles.

Malheureusement, ce petit pays, situé au bord de la Mer Rouge, qui ne demande rien d’autre que d’être politiquement, socialement et économiquement indépendant, est régulièrement la cible de plusieurs pays occidentaux. Il a été sanctionné, sans preuves, par les Nations Unies, sous la pression des Etats-Unis, en 2009, une sanction injuste et illégale.

Actuellement, l’Erythrée se trouve dans une situation de ni guerre ni paix, car l’Ethiopie refuse de respecter une décision internationale de la Haye, et continue à violer la souveraineté de l’Erythrée en occupant une partie de son territoire. Cette information, bizarrement, n’est  pratiquement jamais relevée par les médias. Pour rappel, la violation de la souveraineté d’un pays fait aussi partie des violations des droits de l’homme.

Le service militaire, très long il est vrai, permet à un pays d’à peine 6 millions d’habitants de se donner les moyens de se défendre contre l’hostilité affichée du gouvernement éthiopien à la tête d’un pays de 90 millions d’habitants. N’ayant pas pu renverser militairement le gouvernement érythréen il y a quinze ans, il laisse «pourrir» la situation sous le regard bienveillant de ses alliés, au lieu de chercher à régulariser la situation avec son voisin.

Dans ce contexte, des Erythréens font le choix de s’exiler. Les phénomènes d’émigration ne sont ni propres à l’Erythrée, ni aux pays africains. Le choix politique d’accorder presque systématiquement l’asile aux réfugiés érythréens, ou à ceux qui se font passer comme tels, a généré un appel d’air et créé des filières de migrations en provenance d’Erythrée et de la corne de l’Afrique.

Beaucoup d’érythréens établis en Suisse, ainsi que du reste de la Diaspora, retournent régulièrement rendre visite à leurs proches en Erythrée. Ce pays a encore beaucoup de progrès à faire, mais ce n’est certainement pas l’enfer que l’on veut bien dépeindre. Au lieu de s’acharner, ceux qui critiquent l’Erythrée feraient mieux d’aller sur place pour se rendre compte d’eux-mêmes au lieu de proférer et répéter des accusations dont, au fond, ils ne savent pas grand-chose ou qu’ils choisissent tout simplement d’ignorer.

Après des tentatives vaines de criminalisation de la taxe de 2%, entre autres par des parlementaires suédois, canadiens, le Parti socialiste suisse, Parti traditionnellement préféré des Suisses d’origine érythréenne, se met à diaboliser l’Erythrée, son peuple et son gouvernement, alors que Monsieur Blocher, de l’UDC, décide de se rendre en Erythrée pour aller voir ce qui s’y passe de ses propres yeux. Cherchez l’erreur.

Pour vous aider à vous faire votre propre idée, nous vous invitons à lire les informations disponibles via les liens ci-dessous.

https//www.eriswiss.com/swedish-parliament-rejects-ban-on-eritrea-diaspora-tax/

https://www.youtube.com/watch?v=Ub9xIKTblNc 

http://www.raimoq.com/human-trafficking-and-the-human-rights-agenda-against-eritrea/

http://www.tesfanews.net/human-trafficking-and-the-human-rights-agenda-against-eritrea/

http://eritrean-smart.org/content/issue-2-rehabilitation-and-development-tax

http://openparliament.ca/committees/international-human-rights/41-2/31/lambros-kyriakakos-1/only/

Tout ce que vous ne devriez pas savoir sur l’Erythrée 1-3

http://www.michelcollon.info/Tout-ce-que-vous-ne-devriez-pas.html?lang=fr

http://www.socialismes.be/Tout-ce-que-vous-ne-devriez-pas-savoir-sur-l-Erythree-2-3_a415.html

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2014/11/tout-ce-que-vous-ne-devriez-pas-savoir-sur-l-erythree.html

http://hornofafrica.de/tout-ce-que-vous-ne-devriez-pas-savoir-sur-lerythree/